Aux bords du cadre…


Le blog de Frédéric Lecloux, photographe.

Que ferait László Moholy-Nagy?


Par Jörg M. Colberg

Il y a quelques temps j’ai lu sur Amazon un commentaire au sujet d’un livre de photographie, rien que ça, auquel on avait attribué trois étoiles en ajoutant ces mots : « ce n’était pas exactement ce que je croyais ». Autrement dit, ce lecteur avait noté ses propres attentes plutôt que le livre lui-même.

L’Exposition


La prise de risque

Comme certaines faces en montagne, certaines situations en photographie sont plus exposées que d’autres. Bien sûr il y a les combats…

L'explication, la paix, l'oubli

Une conversation avec Melissa Catanese


Par Jörg M. Colberg

Dive Dark Dream Slow, de Melissa Catanese, est sans doute l’une des tentatives de recontextualisation de photographies vernaculaires les plus réussies et les plus excitantes de ces dernières années. Ce type de photographie et ce type de projet étant tous deux désormais largement acceptés dans le champ de la photographie artistique, j’ai voulu en savoir plus, à la fois sur le livre et son auteure. La conversation qui suit fut menée par courriel sur une durée de quelques semaines.

Andhyaro khota


À l’intérieur de la chambre noire éphémère installé dans une maison du Durbar Square de Patan pendant le festival Photo Kathmandu, novembre 2015.

Sur les clichés


Par Jörg M. Colberg

Dans une large mesure, la photographie a désormais pour seule préoccupation la production de clichés visuels. Cette évolution concerne tous les genres de la photographie, quelles que puissent être au premier abord leurs différences (au plan visuel ou fonctionnel).

Le flash


Peut-être le souvenir d’un temps où voyager…

En 1982, à propos du Jalja La, un col dans le district de Dhorpatan au Népal reliant la basse vallée de la Mayagdi au bassin de la Karnali, Hugh Swift écrit ceci…

Le Dhaulagiri, 8167 mètres, vu du Jalja la, Népal, 1996

Responsabilité et vérité en photographie


Par Jörg M. Colberg

Face à la représentation d’un lieu, je me demande parfois ce que j’en penserais si c’était chez moi. Si j’étais originaire du Congo, par exemple, que penserais-je, que ressentirais-je devant les photographies décoratives de Richard Mosse, aux couleurs acidulées, qui rencontrent un si grand succès dans le monde de l’art ?

Commercial – pneus et mécanique – et phalanstère


Sur les images de Théo Gosselin et Maud Chalard

Il m’est resté de ces visites virtuelles un sentiment confondant de suffocation, nourrissant l’idée qu’il y avait sans doute autre chose à en dire que : jeunesse, amour, voyage et beauté. Mais le temps a passé et cette idée en est restée à son état d’imprécision. Jusqu’à une conversation avec un ami au cours de laquelle furent évoquées les images de Théo Gosselin et Maud Chalard et dont émergea cette question simple : en quoi ces images me dérangent-elles ?

sans titre

Les gestes de la photographie


par Jörg M. Colberg

Comment comprendre une photographie ? Quelle est sa signification ? Comment acquiert-elle sa signification ? Voilà longtemps que le médium est pris dans le tourbillon de ces questions. Les réponses s’avèrent plus difficiles à établir qu’on ne le penserait. Pourquoi ? Comment se peut-il qu’un médium permettant si facilement de prendre une image se révèle si difficile à comprendre ?

La photographie en dialogue


par Jörg M. Colberg

Un des défis majeurs pour un photographe est sans doute de résoudre la question de son positionnement : en quoi consiste au juste mon travail ? Par « positionnement » je n’entends pas : sur le marché photographique. Lorsqu’on se confronte à ce médium étrange qu’est la photographie, le rapport au marché ne doit intervenir qu’en dernier lieu, et encore.

Dialectique des attentes


par Jörg M. Colberg

Il y a quelques semaines j’écoutais un photographe parler de son travail. Il était question des marchés financiers et de leur fonctionnement, et en particulier de l’exécution informatisée des transactions financières et de l’accélération de cette tendance.

La sensibilité


Différentes sortes de vérités…

Ainsi donc il y a encore en 2015 des gens convaincus que certains photographes, par leurs images, racontent la vérité. Donc que d’autres pas. Et donc enfin, si tant est qu’un événement possède une vérité unique et identifiable, que la photographie est capable de la dire…

Voiture hippomobile de l'armée népalaise, Tundikel, Katmandou, Népal, février 2000

Photographie et critique


par Jörg M. Colberg

Ces derniers mois j’ai consacré beaucoup de temps à m’interroger sur ce que je fais. Plus précisément, j’ai beaucoup réfléchi au rôle de la critique dans la photographie contemporaine. Qu’est-ce que la critique ? À quoi est-elle censée servir ?

La question du public


par Jörg M. Colberg

Un spectre hante le « photoland » : le spectre du public. Il surgit à tout bout de champ, d’une façon ou d’une autre. Manifestement, les discussions concernant les réseaux dits sociaux se concentrent sur la question de savoir comment créer et accroître son public. Beaucoup de ces discussions, sinon toutes, ayant tendance à être autoréférentielles, il y a rarement grand chose à en apprendre. On peut pourtant se demander quelle est la finalité de tout cela…

La Priorité


Devant la douleur des autres

Un homme bouscule un médecin pour prendre une photographie sous un certain angle. Cet homme et moi, nous faisons le même métier…

Panna Sara, sur les ruines de la maison de sa mère, où elle et trois de ses parents sont morts lors du séisme du 25 avril, Harisiddhi, district de Lalitpur, 28 avril 2015

Son cousin dans la voiture


Sur un travail de Giovanni Troilo

Comme sont loin déjà les mésaventures de Giovanni Troilo, lauréat disqualifié de l’édition 2015 du concours World Press Photo pour sa série sur Charleroi…

Station de métro 'Providence', Rue de la Providence, Charleroi, Province de Hainaut, juillet 2010

La distance


Sauter la barrière de sécurité

L’autre jour, dans un magasin d’articles de montagne, le vendeur et moi en étions arrivés à parler du métier de photographe. La conversation ayant dérivé vers le matériel de prise de vues je m’efforçais de la réorienter vers ce à quoi il sert…

Dharma, district de l'Humla, Népal, juillet 2006

On nous les casse depuis quelques mois avec les faux problèmes de la forme et du fond, du réalisme et de la féerie, du scénario et de la "misenscène", de l'acteur libre ou dominé et autres balançoires; disons qu'il se pourrait que tous les sujets naissent libres et égaux en droit; ce qui compte, c'est le ton, ou l'accent, la nuance, comme on voudra l'appeler – c'est-à-dire le point de vue d'un homme, l'auteur, mal nécessaire, et l'attitude que prend cet homme par rapport à ce qu'il filme, et donc par rapport au monde et à toutes choses (…).

Jacques Rivette
« De l’abjection », Cahiers du cinéma, n° 120, juin 1961.

Voyage en banlieues


Sur un travail de Bruno Boudjelal

L’homme qui montre ses photographies organisées dans un certain ordre dit : Voyage en banlieues. Le lecteur, qui s’apprête à recevoir les images et leur organisation, pour commencer reçoit un titre…

La vitesse


La lenteur

Autrefois je voyageais vite. Longtemps, mais vite. Et je photographiais dans le même mouvement, presque sans m’arrêter, cherchant à valider en hâte…

Chemin élargi en piste pour jeeps entre Tumlingtar et Khandbari, district de Sankhuwasabha, Népal, 2007

Une photographie


Une de ces images qui existent en moi, sans que je sache où ni sous quels traits, jusqu’au moment où me fait signe une vibration dans le réel…

Bandana Sharma, étudiante, Kalanki, Népal, 2003

L’ouverture


La profondeur du champ

Je faisais un voyage. C’est façon de parler, car depuis qu’un poète a suggéré que c’est plutôt le voyage qui décide qui fait quoi, je me méfie de cette notion de « faire un voyage »…

Épiphanies du Quotidien