Marthe

L’appartement de ma grand-mère à Bruxelles. Un lieu que j’ai connu autrefois tout agité de vie, puis que j’ai vu s’assécher lentement à la mort de mon grand-père en 1990, puis dont je me suis éloigné, puis dont on l’a extraite, où d’autres ont pris sa place et qui ne veut plus rien dire.

En septembre 2005, trois jours à mesurer la solitude de ce lieu lieu, d’une vie où presque rien n’avait bougé en 15 ans. Ces photographies sont travaillées par la magnitude de ce figement et par l’aberration de l’absence de l’autre.

Et maintenant Mamy est morte.

 


Les photographies de la série Marthe ont été publiées dans Le Simulacre du printemps, paru au Bec en l’air.