Kathmandu Natural History Museum

À Philip Blenkinsop

« Avant la création du Muséum d’histoire naturelle, des expéditions surtout composées de scientifiques issus de pays développés avaient collectés en grand nombre d’inestimables spécimens biologiques, la plupart desquels font aujourd’hui la fierté de collections personnelles ou d’institutions étrangères. Pour les scientifiques et les amateurs népalais de la faune et de la flore, cet état de faits a longtemps rendu difficile l’accès à l’héritage naturel de leur propre pays.

Pour pallier cette carence, la nécessité fut bientôt reconnue de doter le Népal d’un Muséum d’histoire naturelle indépendant. Le Muséum d’histoire naturelle fut inauguré en 1975 sous l’égide de l’Université Tribhuvan.

Commencées avec quelques oiseaux et papillons, les collections du Muséum se sont enrichies de plus de 50 000 spécimens biologiques. Parmi lesquels des espèces communes ou rares, endémiques ou menacées, ainsi qu’une molaire d’un hominoïde primitif, le Shivapithèque, dont l’âge est estimé à 8 à 10 millions d’années.

On compte parmi les principaux spécimens zoologiques : papillons et chenilles (14843), scarabées (4142), libellules (1464), autres insectes (1604), chordés (6), poissons (890), amphibiens (107), reptiles (390), oiseaux (1194), mammifères (225), squelettes (22), fossiles et morceaux de corps d’animaux (964), et des modèles en plastique et des roches et des minéraux. Les spécimens botaniques et mycologiques comprennent des algues (124), moisissures et champignons (2320), lichens (61), bryophytes (1124), ptéridophytes (507), gymnospermes (163) et angiospermes (5034).

Le Muséum désire accroître sa capacité de manière à pouvoir accueillir convenablement les collections sans cesse grandissantes et organiser des expositions systématiques. Certaines activités du Muséum sont soutenues par plusieurs personnes ou institutions étrangères, dont la JICA (Japan International Cooperation Agency). Des volontaires y travaillent depuis 2003.

Le rôle principal du muséum est de mettre à disposition des chercheurs népalais et étrangers un équipement de recherche et d’éducation. L’autre objectif du Muséum est de promouvoir la connaissance des richesses des ressources naturelles du Népal auprès du grand public. Le Muséum a également pour but de rétablir le lien entre les Népalais et l’histoire naturelle de leur propre pays, et de transmettre le message urgent que les Népalais eux-mêmes sont les dépositaires de ce fragile héritage.

Nous pouvons espérer que tous les visiteurs quittent le Muséum avec une conscience nouvelle de la conservation et de l’utilisation durable des précieuses ressources naturelles du pays. »

 


Extrait de la brochure de présentation du Muséum d’histoire naturelle de Katmandou, traduit de l’anglais par mes soins.