Renoncer à vouloir interpréter (François Cheval)


En ce printemps 2020, sommés comme chacun de rester à la maison, mes éditeurs au Bec en l’air en profitent pour relire leurs livres. À un rythme régulier, tous les deux jours environ, ils publient notamment sur leur site une chronique intitulée En relisant en patientant, dont le titre est inspiré par Julien Gracq. Chaque fois, un paragraphe d’un texte paru dans un des deux-cents livres du catalogue est extrait de son contexte et offert aux lectrices et aux lecteurs avec l’espoir de les faire réfléchir, les faire sourire, leur donner envie de cuisiner, leur rappeler des souvenirs de lecture, ou les faire rêver…

Ce 13 avril 2020, c’est un extrait du texte que François Cheval a écrit pour accompagner le travail du photographe Frédéric Stucin à Las Vegas, paru en 2019 dans Only Bleeding. L’un des textes les plus sombres, les plus lucides et les plus stimulants sur la photographie que j’aie jamais lus.